Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
300 - 500 €
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe deux fois signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

Fort d’Ivry, 4 novembre 1938

DÉBUT DU SERVICE MILITAIRE : FRANÇOIS MITTERRAND EST INCORPORÉ AU 23E RÉGIMENT D’INFANTERIE COLONIALE SOUS LE DRAPEAU DUQUEL IL FERA LA CAMPAGNE DE FRANCE.

CETTE PREMIÈRE LETTRE ÉCRITE DEPUIS LE FORT D’IVRY CONFIRME QUE LA LETTRE PRÉCÉDENTE EST INACHEVÉE ET NON INCOMPLÈTE

2 pp. in-8 (268 x 205 mm), encre bleue, papier quadrillé. 

CONTENU : 

Le 4 novembre 1938

Ma Marie-Louise très chérie, sur un papier aimablement prêté par un de mes nouveaux collègues (déjà en veine de confessions) (et mon papier gît au fond de ma valise : difficultés pour l’extraire !), je vous écris. De Lourcine, on m’envoie à Ivry où je resterai sans doute quelques jours (peut-être même définitivement), et je profite de l’intervalle que me procure ce changement de direction pour vous donner mon adresse : M. F. M. soldat au 23ème d’Infanterie coloniale. Fort d’Ivry. Ivry (Seine). Mettez faire suivre. Je vous donnerai plus tard une adresse plus précise (n° matricule, compagnie etc.) mais, de toutes façons, j’aurai vos lettres rapidement (je vous préviendrai de leur arrivée). Demain peut-être, certainement d’ici le dernier courrier de dimanche, je reprendrai cette correspondance.

Ma bien-aimée, je suis encore dans l’atmosphère de votre présence. Tout à l’heure, je vous tenais contre moi, et je pouvais vous dire mon amour, et je vous savais toute à moi. Maintenant, je sens la peine monter un peu en moi de vous savoir loin. Mais j’ai une confiance totale en vous, et je vous aime tellement que l’absence pourrait être bien plus longue, je vous aimerais tout autant. Ma toute petite fille très chérie, merci de votre lettre : je viens de la lire. Celle que je vous ai donnée ce soir n’a pas de fin. Elle résume ce que je vous ai dit jeudi. Elle ne dit pas assez que je vous aime. Celle-ci contient en chaque mot beaucoup d’Amour. Vous le comprendrez en pensant à ces moments si merveilleux vécus ces dernières semaines.

Inutile de revenir sur nos promesses : elles valent pour toute la vie. J’attendrai avec beaucoup d’impatience vos lettres et les témoignages de votre amour.

Ma Marie-Louise que j’adore, ma pensée vit avec vous. Que passe vite cet “ennui” qui peut être [mot manquant] courte durée. Et nous nous retrouverons tels que nous étions il n’y a qu’un instant.

Ma fiancée tant chérie que j’aime

François

Peut-être serai-je relâché au moins qqs heures le 11 ou 12 novembre. Si oui, je vous l’écrirai : nous ferons tout pour nous voir.

Ma très chérie, je vous aime.

F.

Manques de papier aux marges avec atteinte au texte