Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
300 - 600 €
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

[Fort d’Ivry], 16 novembre 1938

LA PERMISSION DU MERCREDI SOIR : “PRENDRE LE GOÛT DE VOTRE VIE”.

PREMIÈRE APPARITION DU TUTOIEMENT

2 pp. in-8 (269 x 209mm), encre bleue. 

CONTENU : 

Ma bien aimée,

Il est treize heures. Le rassemblement va sonner. Je viens de me raser, de faire mon lit, de ranger mon paquetage. Ces travaux me laissent l’esprit libre : aussi, puis-je penser à vous. Et je pense que je vous adore. Vraiment, nous avons de la chance : chaque minute passée ensemble est une minute heureuse. Même quand j’ai l’air de mauvaise humeur ! Ma fiancée que j’aime, cette lettre va sans doute être interrompue brusquement. Je vais descendre à toute allure les deux étages, puis réaliser un impeccable garde-à-vous ! Et les heures passeront et je penserai à vous qui serez ma femme adorée. Bah ! Les obstacles peuvent venir. Rien à faire : nous nous aimons et cela veut dire quelque chose ! Maintenant, les soirées où véritablement nous vivons notre bonheur sont trop nombreuses pour que nous puissions en repérer une en particulier ! Ça vaut mieux ainsi : toute notre vie devra être une telle suite de jours heureux qu’on sera incapable d’en distinguer un seul, meilleur ou pire que les autres.

Ma Marie-Louise chérie, comme je vous aime. Et je vous dis cela depuis plus de six mois et je le sais depuis plus longtemps encore ! C’est de la constance - qui ne m’étonne plus - puisque c’est vous que j’aime ! Ma toute petite fille, je t’adore, mais chut… Ce soir, je vous verrai et ne veux point dès cet instant brûler mes cartes ! Ma chérie, j’ai un peu envie de rire quoique la perspective de quatre heures d’exercice m’embête considérablement. Mais je me vengerai en rêvant de vous. Ferez-vous de même ma trop chérie ? Aujourd’hui mercredi, vous êtes libre et vous aurez tant d’occasions de voir d’autres “chevaliers” qui auront sur moi l’immense avantage de la présence ! Mais j’ai une confiance totale en vous. Je crois que vous m’aimez. Ai-je tort ? Avec vous, je me sens tellement fort ! Ma fiancée, rien ne résistera devant nous deux. Très chérie, bon après-midi et à ce soir. Je vous dis tout de suite que je vous adore, mais je vous le répéterai ce soir !

J’ai hâte de vous retrouver ma bien-aimée et de vous prendre le goût de votre vie que j’aime plus que tout.

François