Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
500 - 800 €
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

[Fort d’Ivry], 16 décembre 1938

L’OMBRE DES PARENTS RÔDE AUTOUR DE L’AMOUR DE FRANÇOIS MITTERRAND POUR MARIE-LOUIS TERRASSE.

FRANÇOIS MITTERRAND LIT L’ÉCONOMISTE GAËTAN PIROU TOUT EN ÉTANT “GARDE-RÉFECTOIRE”

2 pp. in-8 (269 x 209mm), encre bleue. 

CONTENU : 

Le 16 décembre 1938

Ma toute chérie,

Je vous écris et il est huit heures vingt. Tout à l’heure “l’étude” va cesser et je n’aurai plus que la ressource de me mettre au lit ! Cela m’amuse de penser que pendant quatre années, j’ai toujours entendu sonner les coups de minuit alors que maintenant je dors comme au temps de mon enfance. Votre lettre, une fois de plus, m’a servi de rayon de soleil. Votre amour, ma chérie, présente bien quelque valeur : un roc à côté de l’or. Rien ni personne ne pourrait le dévaloriser ou le revaloriser.

Aujourd’hui, j’ai rempli les fonctions de garde-réfectoire ! J’ai touché l’ordinaire pour la Compagnie et surveillé à la consommation. Ce n’est pas très dur, mais il faut savoir se défendre contre les réclamations de tous ceux qui s’estiment lésés par la distribution ! Tout le reste du temps, j’ai pu lire et me promener. Cela m’a permis de commencer La Crise du capitalisme de Gaëtan Pirou : livre d’une clarté remarquable et fort bien composé expliquant pas mal de notions que tout le monde croit connaître et ignore (capitalisme, économie dirigée, libéralisme etc.). Il est toujours bon de reclasser les définitions.

Ma toute petite zou chérie, j’espère bien que je ne serai pas de service dimanche prochain. Ce serait une rude malchance. Garder le Fort, surveiller les abords présente peu d’intérêts quand on pense qu’il serait possible d’entendre un peu de musique de jazz et danser avec une jeune fille pas trop désagréable.

Avez-vous repris votre discussion avec votre mère ? Cela m’ennuierait, ma chérie, de vous savoir en opposition trop nette avec vos parents. Pour deux raisons. De cœur : notre amour ne doit créer que du bonheur et donc favoriser une entente étroite avec ceux qui nous entourent. D’intérêt : nous devons tout faire pour obtenir la réalisation de notre désir : notre union. Ma toute chérie, je suis heureux de vous savoir si forte, si sûre de la solidité de votre amour ; et je suis fier d’avoir rompu le cercle de l’indifférence… Cela me rendrait orgueilleux si je ne l’étais déjà.

Ma très chérie, à demain. Il est probable que j’accompagnerai une jeune fille à une soirée avant de vous rejoindre : uniquement pour lui rendre service. J’arriverai donc aux Sociétés savantes [ ?] vers onze heures trente-minuit. Et quelle joie de vous retrouver.

Cette joie immense qui m’envahit lorsque je suis avec vous, parce que je vous aime.

François